Benoit Labaye – Mer calme, vent d'ouest

De toute sa vie publique, il n’avait guère fait plus de deux ou trois escales obligées à l’aéroport de Zaventem, si brèves qu’il n’avait jamais eu à quitter l’espace asexué de la zone de transit. Que faisait-il alors à deux pas de la Petite Ceinture? Pourquoi avait-il accepté cette invitation? Qu’est-ce qui lui était passé par la tête?
BENOÎT LABAYE s’en est allé une triste nuit d’avril 2006… Du firmament où brille son étoile, il sera sans doute heureux de voir son troisième roman publié, après « Vous ne dites rien » et « Australie ».
Chez votre libraire conseil ou à commander ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *