Claudine Houriet – Une aïeule libertine

Pour échapper à son existence, Sandra se met à fouiller dans celle d’une aïeule extravagante, jadis préceptrice chez de riches propriétaires russes. Dérangée dans son repos, exaspérée par l’outrecuidance d’une petite-nièce inconnue, la défunte s’insurge, impuissante devant cette incursion dans un passé tumultueux dont elle avait oublié les délices et les douleurs dans la quiétude de l’au-delà.
Du Léman à la Russie d’avant la Révolution, Claudine Houriet livre ici un roman passionné, habité par la folie de l’amour et de l’art.
Chez votre libraire ou à commander ici.
Existe également au format numérique téléchargeable sur tous les types de liseuse

Les premières lignes

Elle n’a pas le droit. Qu’a-t-elle à fouiller dans les recoins? Qu’a-t-elle deviné? Elle n’est rien pour moi. Une petite-nièce sans importance. Que cherche-t-elle? Je l’ai souvent aperçue rôdant dans la vieille maison. Traînant dans les couloirs, s’arrêtant, rêveuse, devant les faux marbres écaillés des murs. On lui a sûrement raconté mon histoire. On est toujours friand des frasques de ses ancêtres. Là, elle est servie. J’ai laissé des traces. Mais tout passe, les décennies se suivent, les siècles basculent. Est-il possible que quelqu’un se rappelle cette époque? Je suis née en 1886. De la préhistoire pour cette femme qui, paraît-il, est de mon sang. Quel âge a-t-elle? Quarante ans? Un peu moins peut-être? J’aurais pu la connaître. On s’est bien gardé de me la présenter. À quatre-vingts ans, j’étais toujours ignorée de la famille les rares fois où l’un de ses membres me rencontrait en ville. Cécile. La brebis galeuse. Celle qui avait mal tourné. Où lui a-t-on parlé de moi? À un enterrement, j’en suis sûre. Après les airs contrits et la cérémonie trop longue, les langues se délient autour d’un verre. Elle était aux aguets. Elle devinait, pressentait. J’étais depuis longtemps paisible. Dans le bien-être cotonneux de l’après-vie. Je pensais que plus rien ne me troublerait. Des émotions, j’en avais eu tout mon saoul. Le calme, l’oubli, voilà ce que je demandais. Plus de trente années de paix. Je me croyais débarrassée du passé. Et il a suffi de cette curieuse pour gâcher ma tranquillité.

Une réflexion au sujet de « Claudine Houriet – Une aïeule libertine »

  1. Bricourt Anne-Francoise

    Quand une jeune fille en mal d’amour se met à fouiller l’existence d’une aïeule artiste extravagante on peut s’attendre à tout.

    Tour à tour Cécile, l’aïeule et Sandra, la petite-nièce content la vie de Cécile, au fur et à mesure que le récit se construit, la vie de Sandra s’en trouve chamboulée.

    Une riche histoire familiale, une invitation à se réaliser, à vivre sans concession, un hymne à l’art et à l’amour.

    Un roman qui fascine, dessinant les forces et les fragilités qui hantent chacun, l’aspect inéluctable de toute existence.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *