Dominique Costermans – C’est moderne.com

Si Dominique Costermans vous dit qu’elle écrit, ne la prenez pas au sérieux. Ce qu’elle fait, c’est juste se promener dans la vie les oreilles au vent. Capturer des tas d’histoires dans ses filets à papillons. Regarder par le trou des serrures, écouter aux portes. Filmer dans sa tête des baisers sur la bouche, des mains qui se frôlent, des regards qui se cherchent. Enregistrer des mots entre les lignes, des silences et des soupirs. C’est moderne.com est son troisième recueil de nouvelles, après Des provisions de bonheur et Je ne sais pas dire non (tous chez Luce Wilquin).

L’idée de C’est moderne.com, nous dit Dominique Costermans, a surgi comme un jeu : écrire un peu, souvent, sur des choses de la vie de tous les jours, comme on ferait des gammes. Collectionner une série de petits textes comme autant de cartes postales ou de petits cailloux précieux. Le fil conducteur : le téléphone portable, et ces conversations absolument familières, impudiques, mystérieuses, absurdes, qu’on entend partout. Jouer avec le sentiment d’être seul au monde qu’entretiennent les porteurs de portables.

Les premières lignes
Elle dit . «Ce sont des médicaments pour empêcher la graisse de se déposer sur le cœur.» Elle accentue graisse et cœur, et c’est vrai que la juxtaposition de ces deux mots et des images qu’ils appellent a quelque chose d’obscène, finalement. Elle, le GSM perdu dans une tignasse rousse bouclée et chiffonnée. Un anorak sans manches, un caleçon comme on n’en fait plus depuis vingt ans. Ni vieille ni jeune. Ronde et rousse. J’écris ronde et rousse comme elle dit graisse et cœur. Et je l’entends qui continue : «… je tiens à te dire, ma chère mère, que j’ai ça depuis ma naissance, peut-être même avant, en tout cas depuis toujours, de l’hypercholestérolémie…» Et tout cela sonnait comme un gros reproche qu’elle aurait sur le cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *