Alain van Crugten – Stef et autres fictions

Professeur de littérature comparée et de littératures slaves à l’Université libre de Bruxelles, Alain van Crugten s’est longtemps cantonné dans la traduction littéraire (Witkiewicz, Mrozek, Zinoviev, Capek, Tom Lanoye). Sur le tard, il s’est lancé dans le théâtre (huit pièces), puis le roman (Des fleuves impassibles, Spa si beau et Korsakoff, ce dernier aux Éditions Luce Wilquin en septembre 2003).

Stef s’énerve face à un psy qui ne répond pas. La jeune femme est à la fois brutale et sensible, obscène et puérile, agressive et vulnérable. Elle aime les jeux de mots sarcastiques. Par bribes, elle nous fait entrevoir une vie sur le fil du rasoir. Et si le thérapeute-auditeur n’existait même pas? Le recueil présente d’autres fictions dont le caractère commun est sans doute une vision du monde ironique et grinçante. Ici il se rit entre autres des difficiles rapports du couple, de la nouvelle Russie qui ressemble si fort à l’ancienne, du nationalisme flamand qui prend des formes grotesques et tragiques.

Les premières lignes
Si ça se trouve, t’es même pas toubib. Avec tes grands airs. Monsieur Mystère. Si? T’es toubib?… C’est ça, réponds demain ou la semaine prochaine… Je sais, je sais que t’es payé pour pas parler. Le plan pépère : je dis rien, je laisse causer, je palpe… Il te paye combien, mon paternel? C’est à la séance ou au quart d’heure? Comme au boxon: c’est pour la nuit ou c’est pour cinq minutes? Je m’en fous d’ailleurs, il n’a qu’à douiller si ça lui chante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *