Luc Baba – L’eau claire de la lune

Enseignant, animateur d’ateliers d’écriture, comédien et chanteur amateur, Luc Baba (qui avait renoué avec ses lointaines origines tziganes dans son deuxième roman) est très proche des jeunes adultes, dont il réussit à transposer le monde par la magie de son écriture. Remarqué dès son premier roman, «La cage aux cris» (Prix Pages d’or 2001 en Belgique), Luc Baba a depuis lors confirmé son talent d’écrivain avec «de la terre et du vent». Ce troisième opus devrait lui ouvrir un public plus large encore.

«J’écrirai prudemment. J’écris pour la première fois.» Qui dit cela? Un ange… eh oui, un ange décide pour la première fois de raconter l’histoire de Loula et de Noé. Pour Noé, quand il sera grand, et pour tous les autres enfants de la terre. Car, j’oubliais,… les anges viennent de la lune. L’ange se reposait au bord de la mer (eh oui, les anges aussi ont le droit de se reposer entre deux missions) quand il a aperçu Loula pour la première fois. Loula, quinze ans à peine, et tout juste enceinte… Loula, qui lui demande de veiller sur Noé, son fils à naître… et sans doute aussi un peu sur elle, encore si proche de l’enfance et un peu perdue dans ce monde d’adultes.

Existe également au format numérique téléchargeable sur tous les types de liseuse

Les premières lignes
J’écrirai prudemment. J’écris pour la première fois. Les anges n’écrivent pas, d’habitude. Ils chuchotent quelque part, en catimini. Ecrire, pour les anges, c’est interdit. Si tu savais combien nous connaissons d’histoires secrètes! Seulement, quand je murmure à l’oreille du kako : – Ah, si les enfants savaient cela… Il se fâche : – Ils ne le sauront pas! Point final! Je n’aime pas tellement les points finaux.

[Retour au catalogue]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *