Claire Lejeune – Le livre de la mère

Claire Lejeune, membre de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique, a publié une quinzaine de livres (poésie et essais poétiques), une pièce de théâtre et de nombreux articles dans des revues belges et étrangères. Elle a fondé les «Cahiers Internationaux de Symbolisme» (1962) et la revue «Réseaux» (1965).

La non-existence du «Livre de la mère» fonde le règne absolu de la loi du Père. Sa publication, au terme d’une longue suite d’écrits nourris de l’expérience des profondeurs archaïques de la mémoire, témoigne d’une rupture accomplie avec la mentalité patriarcale, de la possible naissance d’une femme «post-biblique» dont la langue originelle a cessé d’être coupable, donc rituellement coupée. Où se reconnaît la double filiation de la pensée, la double légitimité du sujet féminin et du sujet masculin, s’abolit la fatalité de l’exclusion de l’étrangeté du tiers, en même temps que s’annonce l’avènement d’une citoyenneté poétique qui oeuvre à nous faire passer de la patrie sacrificielle à la fratrie opérative des hommes et des femmes de toutes générations et de toutes cultures.

Les premières lignes
Si au bout de l’oeuvre au noir l’écriture me donne à voir sous le soleil exactement la blancheur de mes propres ossements, je serai une autre femme, infiniment jeune d’avoir digéré tous ses âges, libre désormais de préparer sans regret sa disparition. Entre cette femme à venir et moi, nécessairement, le livre de la mère. Lieu commun de naître et de mourir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *