Jean-Pierre Pisetta – Morts subites

Familier de la langue italienne et de ses auteurs, Jean-Pierre Pisetta enseigne à l’Institut supérieur de Traducteurs et Interprètes et au Conservatoire royal de Musique de Bruxelles. Il affirme ici, avec ce premier recueil publié, un réel talent de nouvelliste.

Inéluctable compagne, la mort fait irruption dans l’univers de chacune de ces nouvelles. Mort en direct à la télé, mort dérisoire dans les glaces du Groenland, suicide du dernier rescapé d’Auschwitz, mort pour un morceau de sucre, mort d’une goutte d’eau, l’amour par la mort, le peintre de la crucifixion, suicide à la mine, une lettre manquante porteuse de mort, des paroles assassines… – tels sont quelques-uns des thèmes de ces courtes nouvelles, efficaces, au style limpide et poétique.Subie, prévue, recherchée parfois, mais toujours soudaine : la mort n’est jamais, en définitive, qu’un fugace instant de l’existence. Premier recueil de nouvelles publié par ce tout juste quadragénaire d’origine italienne, mais écrivant en français.

Les premières lignes
Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonsoir ! À la une de notre journal, un tragique accident d’hélicoptère survenu hier après-midi aux environs de quinze heures. Sur le champ d’aviation de Caudrelle, un garçon âgé de dix-sept ans parvient à subtiliser, dans des circonstances encore inconnues, l’hélicoptère de son père qui lui apprenait à le piloter depuis trois ans déjà. Il emmène à son bord cinq amis, trois jeunes filles et deux garçons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *