Son dernier saut – Marie-Paule Eskénazi

477blog

Son dernier saut est une pure invention à partir d’un fait divers tragique qui a naguère impressionné l’opinion : une parachutiste a été condamnée à trente ans de prison pour meurtre, accusée d’avoir saboté le parachute de sa meilleure amie et rivale.
Marie P., journaliste professionnelle, reçoit un énigmatique courrier qui apporte une réponse totalement imprévisible à ce « sabotage amoureux ». Intriguée, elle va s’improviser enquêteur pour tenter d’authentifier l’auteur de l’envoi et comprendre ses motivations, puis confronter les révélations aux faits pour aboutir à un dénouement inattendu.
Disponible chez votre libraire à la mi-février

Les premières lignes
Ciel bleu, température de saison, 18 à 21° le matin, pouvant atteindre 25° cet après-midi au centre du pays. Vent faible. Attention, nuit froide…
J’écoutais la radio d’une oreille distraite. Il était six heures du matin. La nuit était claire. Étendue sur mon lit, je voyais le ciel bleu par l’espace entrouvert entre mes tentures mal fermées. Un dimanche ordinaire commençait. En congé, j’avais l’intention de passer à la rédaction pour boucler un dossier. Je prévoyais de glander, un terme que mes enfants m’avaient appris à apprécier et pratiquer !
Après le bulletin météo réjouissant qui devait sans doute plaire au secteur touristique, s’égrenaient les titres du journal. Politique nationale, internationale : les évènements ne s’étaient pas bousculés pendant la nuit. Je repensai à cette perspective de nuit froide en plein mois d’août. Normal, me dis-je, puisque le ciel est bleu, pas de vent, pas de nuage, et donc toute la chaleur accumulée par la terre pendant la journée va s’échapper vers le ciel. Au petit matin, avant que les rayons du soleil soient suffisamment hauts pour réchauffer la terre, il fera frisquet ! Les notions de météo apprises durant mon écolage de pilote privé me revenaient à l’esprit. Ma passion pour l’aviation, à laquelle j’avais consacré temps et argent pendant des années pour mon plus grand plaisir, s’était éteinte avec l’accident mortel de mon frère, aux commandes d’un planeur.

Une réflexion au sujet de « Son dernier saut – Marie-Paule Eskénazi »

  1. Ping : À vos agendas ! | Éditions Luce Wilquin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *