Évelyne Wilwerth – Papillon mortel

Edwige, la baroudeuse et reporter planétaire, sort peu à peu d’une étrange torpeur et réalise qu’elle est séquestrée. Pourquoi? Et quelle sera l’issue, s’il y en a une? Or, cela n’est rien par rapport à ce blocage intérieur… En somme, elle est doublement séquestrée. Alors? Réussir à cracher l’abominable souvenir? L’horreur du papillon?
Un roman âpre, zébré d’humour et de violentes pulsions de vie. Un style court, ramassé, heurté. Une auteur chevronnée de romans pour adultes et adolescents, dramaturge, nouvelliste et essayiste.
Chez votre libraire conseil ou, à défaut, à commander ici.
Existe également au format numérique téléchargeable sur tous les types de liseuse

Les premières lignes
J’ouvre les yeux. Le noir. Je ferme les yeux. Le noir. Comme dans ma tête. Du noir. Ou plutôt du mou, du baveux. Omelette baveuse… Si je suis capable de rire, c’est que je ne suis pas morte.
Trop joli, l’omelette. Non. Un marécage. Un marécage puant. Chaleur fétide.
Ma tête s’échappe. Les mots s’échappent. Et mon corps… anéanti?
Que… Que s’est-il…
Je renonce.
Engloutie dans le marécage.

4 réflexions au sujet de « Évelyne Wilwerth – Papillon mortel »

  1. Jean-François

    J’ai aimé ce roman d’un bout à l’autre. Ce qui m’a particulièrement interpellé: l’apparente légèreté de traitement d’un thème tout sauf léger; une 'petite' histoire qui rejoint la grande Histoire (condition féminine); le contraste entre le caractère monolithique d’une situation d’enfermement et l’extrême variété des sensations éprouvées par la victime; une très belle tension dramatique vers l’accomplissement du personnage dans souvenir.
    Bref, bravo Evelyne Wilwerth et merci Luce Wilquin!

    Répondre
  2. Françoise

    Je me suis laissée emporter sans réserve par cette écriture chatoyante, d'un humour fin et décalé et plus j'approchais du "papillon mortel" plus le suspense s'installait jusqu'à cette révélation de l'héroïne, pudique, douloureuse, merveilleusement racontée, enfin sublimée. Je me suis arrêtée quelques pages avant la fin. Je voulais reprendre mon souffle pour le finale.
    C'est ce que j'ai fait ce midi. Et bien m'en pris car les dernières pages recelaient encore de merveilleurs trésors à découvrir jusqu'à cette fin ouverte, vers l'horizon, vers l'espoir, vers la vie.
    Sincèrement c'est l'un des plus beaux livres que j'ai lu ces dernières années.

    Répondre
  3. elisabeth

    Féminin,sensuel, avec une touche d'humour et une énorme dose de suspense, le "Papillon mortel" d'Evelyne Wilwerth vous accroche dès les premiers mots. C'est fort, puissant, profond. A dévorer absolument

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 × = huit

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>