Collectif – Othello, Lear, Macbeth : quatre siècles en scène (Marginales n°256)





Avec des fictions de Thilde Barboni, Véronique Bergen, Chantal Boedts, Dominique Costermans, Luc Dellisse, Bérengère Deprez, Jean-Pierre Dopagne, Vincent Engel, Roger Foulon, Kenan Görgün, Jean Jauniaux, Claude Javeau, Philippe Jones, Françoise Lalande, Jacques Lefèbvre, Jean-Louis Lippert, Adolphe Nysenholc, Jean-Pierre Orban, Liliane Schraûwen, Daniel Simon, Jean-Luc Wart, Yves Wellens et Aurélia Lee.

Othello, Lear et Macbeth ne sont d’aucune façon devenus des pièces de musée. Ils sont plus que jamais des provocateurs, ils mettent en branle la fantaisie et l’humeur créatrice. Les textes réunis ici trouvent dans la référence à leur ombre portée une formidable énergie. Shakespeare demeure un entraîneur de première force, comme s’il était parmi nous, fort de son charisme et de sa charge émotionnelle.

Les premières lignes
En cet automne 1604, l’auteur nommé Shakespeare est la coqueluche de Londres. Il n’a pas quarante ans, mais il a déjà quelques exploits à son actif. Ses pièces ont fait des tabacs, dans tous les genres. Ses comédies ont diverti, ses pièces historiques ont rafraïchi les mémoires, et puis surtout deux tragédies ont fait courir les foules vers le théâtre en forme de tour de bois dont il est le principal pourvoyeur en textes, sur la rive sud de la Tamise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *