Jacques Lefèbvre – Comme un veilleur…

Jacques Lefèbvre, docteur en philologie romane avec une thèse sur la versification claudélienne, enseigne le français depuis 1966. On lui doit de nombreuses critiques littéraires et communications pédagogiques, ainsi que des nouvelles parues dans différentes revues. «Comme un veilleur…» est son second roman, après «Chambre 404», publié en 1982.

Le célèbre Fabian Favre, coqueluche des galeristes et des critiques gît sur un lit d’hôpital après un accident de voiture… Mal en point, mais surtout aveugle. Le comble pour un peintre ! Un cassettophone, déposé par une main amie (aimante?) sur son lit de douleur, le sauvera du désespoir et lui permettra de renouer les liens de la communication, mais surtout de faire le point sur une vie toute d’apparences. Huit cassettes, et quelques mois plus tard, Fabian Favre – qui a retrouvé une vision floue après une opération réussie – peut enfin envisager son existence sous un autre jour, plus serein. Une écriture simple et heurtée, comme la vie, où la douleur et le mal-être affleurent avec une pudeur à la violence feutrée.

Les premières lignes
1re cassette face A. 1re séquence. Tu savais donc que je t’attendais, que je reconnaîtrais tes pas dans le couloir; tes pas, différents des autres! La porte de la chambre s’est ouverte. Un souffle m’a frôlé. Tu t’es penchée. Toi… Ton parfum. Le même, après un an. Celui qui imprégnait l’écharpe que tu m’as laissée à la fin de notre dernière promenade. J’ai souri. Les muscles ont frémi sous ma peau recousue. Cela tirait. Cela brûlait. Mais c’était bon, ce feu, en ce jour de Noël; une joie folle, inespérée! J’ai souri, pour la première fois depuis que je suis sorti du coma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *