Roger Foulon – Histoires de bêtes

Roger Foulon, né en 1923, a déjà publié de nombreux recueils de poèmes, essais, pièces de théâtre, contes, nouvelles et romans. Animateur de plusieurs revues littéraires, il a présidé pendant plus de vingt ans l’Association des Écrivains belges de langue française. Certains de ses textes ont été traduits.Son roman L’Homme à la tête étoilée, paru chez Luce Wilquin, fut finaliste du Prix Rossel 1995 et a reçu le Prix Sander Pierron 1996 de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique.

«Des nouvelles à la limite du fantastique, où les cerfs, les lièvres, les grenouilles, les pingouins, les taupes, les truites… et même des rats musqués jouent les vedettes.Animaux de chair ou objets d’art prenant soudain vie, ils envahissent les fantasmes des humains ou bousculent leur quotidien. Mais la poésie et l’émotion sont toujours au rendez-vous… […] Les bêtes qui constituent ces histoires ne courent pas toutes les bois, et c’est bien ce qui fait la variété de ce livre. Des cerfs sculptés sur un bracelet scythe, le chien de saint Roch sur une fresque ou des fourmis «taguées» sur les murs d’une ville titillent autant l’imagination que l’écureuil aperçu par la fenêtre ou le singe acheté chez un marchand.» [Jean-Claude Bologne, Tageblatt ]

Les premières lignes
À Kiev, le monastère prestigieux de la Laure fait toujours recette. Une foule énorme stationne sans fin devant le porche : gens de la ville, certes, mais surtout anciens kolkhoziens venus des campagnes d’Ukraine et touristes des quatre coins du monde.Alla, leur guide, les avait laissés un moment pour prendre les tickets. Puis, elle les avait conduits dans la cour intérieure. On parlait ici toutes les langues. Il aurait voulu s’attarder un peu pour admirer les fresques, le campanile de Pétcherskaïa et ce qui restait de l’église de la Dormition. Mais Alla les menait comme […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *