Victor Bouadjio – Les lucioles noires

Au Québec, un jésuite se livre à un bien curieux exorcisme. En Afrique, un gamin de vingt ans meurt de trop aimer son peuple. En France, une jeune fille, presque une enfant, venue d’Afrique pour étudier la médecine, découvre à la fois le secret de sa naissance, le malheur des siens et le pouvoir des mots…
Tissant avec maîtrise tous les fils de ces intrigues croisées, Victor Bouadjio conclut la trilogie commencée avec Demain est encore loin et Le M’ba, et pose des questions brûlantes : l’Afrique est-elle vraiment maudite ? Comment trouvera-t-elle la paix, et ses oppresseurs, le pardon ?
Chez votre libraire conseil ou à commander ici.
Existe également au format numérique téléchargeable sur tous les types de liseuse

Les premières lignes

La cérémonie, alors, commence. L’éditeur descend dans la tombe. Il s’assoit, torse nu. À son soulagement, c’est ainsi que Léopold Laberge ouvre le rite de désenvoûtement : « Seigneur, tu as guéri des aveugles, des lépreux et des paralytiques, la belle-mère de saint Paul et même la fille d’un officier romain. Tu as ressuscité saint Lazare et tu as dit à tes disciples de faire de même… »
Le maître de cérémonie porte à la ceinture une bourse en cuir, œuvre d’un devin-guérisseur. La remplissent des cendres animales et végétales, des boules de terre d’une termitière humidifiées d’huile de palme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *