Michel Keyzers – La grotte du grand diamant

Michel Keysers, menuisier de formation, la quarantaine, a construit… une Formule 1 en bois ! Peintre autodidacte, il est persuadé – comme son héros – qu’il y a, si pas une vie, en tout cas quelque chose après la mort. Ce premier roman tire sa substance de faits réels et des nombreuses lectures de l’auteur.

Loïc et Déborah ont une douzaine d’années. Après avoir été amené à la défendre en cour de récré, Loïc se rapprochera de Déborah, d’un milieu plus aisé et plus intellectuel que le sien, et réussira à la convaincre de l’aider à aller au bout de son rêve : se rendre à Denver pour assister à un colloque, au cours duquel doit être dévoilée une machine permettant de dialoguer avec les morts. C’est que Loïc est persuadé qu’il y a une vie après la mort, que sa grand-mère décédée est son ange gardien.

Les premières lignes
Comme poursuivi par une chose horrible et effrayante, courant, bondissant par-dessus les racines des arbres, évitant de justesse les branches tombantes, je traverse le petit bois sombre qui me sépare de mon point de rendez-vous. Encore deux cents mètres, et me voici, sans une égratignure, au bord de la clairière. Tout va bien, je ne suis pas en retard. Le soleil rougissant rejoint doucement l’horizon, je lève le nez : c’est magnifique, pas un nuage. La grande voûte bleue va bientôt me livrer ses secrets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *