Bérengère Deprez – Kilomètre 7

Dans un pays d’Orient en guerre, une histoire d’amour entre un officier d’occupation et la femme d’un homme d’affaires dont le mari tombe sous le charme d’un mystérieux Envoyé pour lequel il laisse tout tomber. Parallèlement, une découverte archéologique révèle une histoire similaire dans le passé. Une fable moderne, entre actualité et mythe revisité.
Chez votre libraire conseil ou à commander ici.
Existe également au format numérique téléchargeable sur tous les types de liseuse

Une réflexion au sujet de « Bérengère Deprez – Kilomètre 7 »

  1. Mattlet

    Bonjour bonsoir,
    j’ai écrit ce commentaire pour un forum de spéléologiues:

    ce coup ci, je ne l’ai pas faire exprès, juré!

    Un livre pris à la bibliothèque, un titre sans signification
    particulière (Kilomètre 7), on y parle d’un pays qui a peut-être vu
    l’invention de l’écriture…
    et zou, dans le lot…

    C’est bien les bibliothèques publiques: on peut prendre plein de
    livres, ça ne coûte pas cher, et même si à l’usage, bof.. et bien, on
    le rend…
    Mais ça permet plein de découvertes et de lectures imprévues.

    Donc kilomètre 7 (Bérengère Deprez, Ed Luce Wilkin – 2006)
    un militaire gradé dans un pays en guerre, qui ressemble fort à
    l’Irak, une dame de la bourgeoisie locale, mais ils ne font que se
    croiser dans une boutique du bazar. Il la vois, elle pas…

    Tout à son travail de pacification, de sécurisation du pays, il cherche à la retrouver, la retrouve, l’aime, la perd…
    ça pourrait être du déja écrit cent fois.

    Pourtant!

    L’intrigue est subtile, imprévue et donc maintiens l’intérêt de la
    lecture. Le style est beau, féminin, en nuance mais loin, très loin
    d’être mièvre, que du contraire: on est dans un pays en guerre, les
    morts et autres exactions existent.

    Et la grotte?

    Je ne l’attendais nullement… elle est arrivée au détour d’une route en construction, sécurisée par l’officier en question et renferme des bas relifs inattendus, exceptionnels, importants. Leur histoire
    résonne dans la tête de l’officier. (Pourquoi? lisez donc..)

    Et puis?… je ne veux pas en dire plus, car je partagerais volontiers
    le plaisir de cette lecture. Je n’écris donc pas un vrai « lu pour
    vous » , mais traduisez par: « lisez plutot »!

    Ce n’est pas une histoire de spéléologues; si la grotte reviens vraiment deux fois, si elle est symboliquement importante, elle ne » fais pas de ces 330 pages un livre « de grotte ».

    Ce n’est pas un texte politiquement correct, ce n’est pas une histoire
    ‘à l’américaine’ (au sens clasiquement péjoratif du terme) mais c’est
    une histoire drue, humaine, vivante, sanglante parfois…
    Ecrite par une femme dont la sensibilité donne à ce récit la sensation
    de le cotoyer en vrai.

    Jean Marc Mattlet (Belgique)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *