Jean-Luc Wart – Le lion de sable

Licencié en droit né en 1950, Jean-Luc Wart est juge dans un tribunal de police.

Mars 1225. Un baron reconnaît, sous les traits d’un ermite, l’empereur Baudouin de Constantinople, comte de Flandre et de Hainaut, porté disparu vingt ans plus tôt au cours de la IVe croisade. L’ermite n’aura qu’à se laisser porter par la vague d’enthousiasme qu’il suscite. Il fait sa joyeuse entrée à Valenciennes. Trois mois plus tard, il s’approprie presque tout le Hainaut et la Flandre d’alors. De quoi inquiéter la comtesse Jeanne de Constantinople et le roi de France. Avons-nous affaire à un imposteur? Jean-Luc Wart nous emmène au cœur du Moyen ge dans une chevauchée qui nous emportera du Quesnoy à Péronne en passant par Valenciennes, Binche, Lobbes, Mons et Tournai.

Les premières lignes
Une petite armée serpente par les chemins poussiéreux de Thrace. En tête de la colonne, un héraut porte la croix de Constantin, signifiant par là que l’empereur de Constantinople en personne mène ses troupes au combat. En d’autres temps, les manants du lieu se seraient précipités pour s’agenouiller au passage de l’ost impérial. Mais ce jour-là, rien de tel ne se produit. À part l’un ou l’autre berger surpris qui, après s’être empressé de chasser son troupeau braillard de la route, met un genou en terre et courbe l’échine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *