Roger Foulon – Les feux du ciel

Roger Foulon est très attaché à sa terre natale, la Thudinie, dont il célèbre les beautés dans une langue riche et colorée. Auteur de nombreux poèmes, essais, pièces de théâtre, contes, nouvelles et romans, il vient d’entrer à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

Pourquoi le destin prend-il parfois un malin plaisir à s’acharner sur les plus faibles? Donat est de ceux-là, qui à la mort de sa mère se retrouve seul et désemparé dans la modeste maison de Crupont. Le vieux garçon, à la fois naïf et généreux, n’a dès lors plus qu’une seule idée en tête: se trouver une femme à tout prix… Il tombera sans mal dans les griffes avides de Germaine, qui dilapidera toutes ses économies. Sa descente aux enfers commencera avec la fermeture de la sucrerie, les grèves et les échauffourées. A sa sortie de prison, seul et sans ressources, Donat se laissera séduire par une secte qui annonce la fin du monde…

Les premières lignes
C’est un petit canton du monde. Pour Donat, c’est le monde, celui d’avant la faute. En été, le soleil le vernit et passe sa main sur les arbres et les prairies. Tout reluit. Les ardoises du toit sont comme des écailles. Les murs éclatent de blancheur, soulignés par le goudron des soubassements. Juste devant la maison, le jardin est le paradis terrestre, avec ses rangées de salades et d’épinards, ses touffes de courgettes et ses groseilliers aux grappes rouges et jaunes. L’automne et l’hiver, c’est une autre histoire. Le sol se gorge d’eau, la neige recouvre tout. Mais pour Donat, c’est toujours la fête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *